Le salon rouge - littérature et coups de coeur

Le salon rouge - littérature et coups de coeur

Eliette Abécassis :"L'envie d'y croire (journal d'une époque sans foi)" par PdP

 

__multimedia__Article__Image__2019__9782226440549-j.jpg

 

 

Eliette Abécassis diplômée de Philosophie à L'Ecole Normale Supérieure et Harvard a, en plus d'enseigner cette branche, connu une grande renommée tant comme essayiste, réalisatrice et romancière.  Qumram (1996), son premier roman fut un grand succès en librairie !  Elle s'est très vite impliquée dans les questions de la famille. Elle est opposée à la GPA ( gestation pour autrui). Elle est juive séphérasade.
 
Elle présente son ouvrage comme suit : " Ce journal de vie est le mien, celui d'une femme, d'une mère et d'une philosophe qui s'interroge. Comment vivre dans un monde où tout s'achète et tout se vend en un clic ? Un monde dont le seul but est de fabriquer des besoins ? Un monde sans foi ni loi, où on ne se pose plus la question de ce que l'on peut faire ou doit faire ?
L'envie d'y croire est une impulsion qui nous porte, nous élève, nous renforce. Souvent une intuition, parfois une conviction, mais surtout l'expression d'une foi en nous-même et envers les autres. Celle d'une philosophie de vie qui renoue avec le sens."
 
Je ne sais pas si c'est moi qui ait plongé dans ce livre ou si c'est lui qui m'a happé ? Il m'a aidé à structurer mes réflexions anciennes ou récentes de par les nombreux thèmes abordés avec honnêteté et sincérité par Eliette Abécassis.
 
Dans son premier thème, elle annonce le résultat des élections de ce 26 mai avec une clairvoyance sans faille, lisez :"
"Lorsque l'on ne croit plus dans la droite ni dans la gauche ni dans les leaders politiques, discrédités bien souvent par les polémiques, lorsque l'on ne croit plus en rien, ni en la religion ni en aucun messianisme, on se tourne vers  les prophètes des temps modernes. Mélenchon et Le Pen ."
Ensuite, elle attire notre attention sur le danger de nous voir nous et nos enfants accaparés par les réseaux sociaux.  Elle va ensuite dans de nombreux passages différents nous faire réfléchir avec elle à donner encore un sens à notre famille, notre société, notre vie. Car, il y a nécessité que les intellectuels, les psychologues, les philosophes s'emparent du sens qu'il y a, à croire en nous même et en l'autre pour nous éclairer sur la valeur de notre vie.  Tout est à l'heure actuelle basé sur une pensée utilitariste où tout est possible sauf la morale ! En tant que philosophe, elle estime que après toute une période de déconstruction de tout, à l'instar des grands philosophes grecs, il faudrait à nouveau avoir une pensée positive, une sagesse pratique. 
 
L'auteure, livre un joli clin d’œil au " Salon Rouge " en déclarant que la poésie est gratuite, elle est dans l'imaginaire et les jeux de langue.  Elle nous permet de sortir de l'utilitarisme. Or, c'est dans tout ce qui n'a pas de valeur monétaire que réside l'essentiel de l'homme. La lecture est capitale selon elle car, lire, c'est être actif et laisser place à notre interprétation.
Pour sortir de l'utilitarisme, l'auteure nous invite à la sanctuarisation de certains moments ( repas en famille) et d'avoir des sortes de rites qui nous sortent de l'emprise des réseaux sociaux pour retrouver des rapports plus humains et directs.
Comment lutter contre le problème de la modernité lorsque les croyances et la transcendance doivent être désormais soumises à la raison ? " Or, comment vivre sans mythes, sans légendes, sans culture et sans symbolique ni aucune forme de transcendance ?"
Dans cet ouvrage, la philosophe est humble et sincère elle se livre sur beaucoup de points, ses rapports avec ses parents, ses professeurs, sa psychanalyste qui l'a aidée pour son divorce,  ses enfants etc. 
Pour conclure, je vais reproduire un dialogue qu'elle a eu avec son fils mais je vous avoue que j'ai hautement apprécié  tout de ce magnifique ouvrage !
P141 : "Maman ,c'est terrible ... J'ai l'impression que je ne crois pas en Dieu." je réponds :" Qu'appelles-tu Dieu ? Tu dois savoir que ce n'est pas un personnage ou un être suprême. Crois-tu dans le bien, l'amour, le beau, les valeurs éthiques ?  Crois-tu qu'il faut respecter son prochain, crois-tu qu'il faut l'aimer ? Si oui, alors, tu crois en Dieu."
Et enfin, pour les lecteurs de Salon Rouge, P124 :
 
 "Lire pour donner un sens à la vie.  Lire pour ne pas se suicider intellectuellement, spirituellement, civilement.  Lire pour vivre."
 
 Ph de Potesta
 
"L'envie d'y croire ( journal d'une époque sans foi )" ,Eliette Abécassis , éd. Albin Michel (avril 2019)


29/05/2019
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres